mercredi 29 novembre 2017

Rétroprospective



Salon du livre jeunesse de Montreuil, 2051.
Il était temps.
Ses éditeurs, Picquier-La Redoute, LVMH-Gallimard, Futuropeugeot ou encore Culturaréva se sont mobilisés pour ce qui est l'événement central de cette édition, la grande rétrospective Florent Chavouet.
Plus que jamais, et malgré les rumeurs de cancer du pancréas pas tout à fait étrangères à cette recension, le grand monsieur sera présent sur le salon, comme il l'est depuis le début du XXIème siècle. La silhouette s'est avachie, la crinière éclaircie et le ventre ramolli, mais l'élégance et la simplicité sont toujours les costumes qui l'habillent lorsqu'il s'agit de rencontrer ses lecteurs.
Florent Chavouet nous accorde une discussion sensible et sincère, à l'écart des allées du salon, pour se livrer sur hier, aujourd'hui et plus tard.
Loin des polémiques qui ont rangé Tokyo Sanpo tantôt dans les ouvrages au racisme complaisant, tantôt dans les témoignages d'un néocolonialisme hétérocentré, ou du canular Manabe Shima, dont il n'a jamais été prouvé qu'une île portât ce nom, Florent regarde ses années passées avec la joie triste d'un dessinateur qui vieillit. "Je voulais juste avoir un blog" nous confie-t-il entre un verre de cognac Courvoisier et un petit gâteau sec qui laissera, tout au long de cet entretien, quelques miettes à la commissure de ses lèvres dont il ne maîtrise plus tout à fait la synchronicité. La main droite, elle, reste sûre et précise et lorsqu'il s'agira de nous laisser un petit dessin en conclusion de cette rencontre, le style du dessinateur nous apparaîtra comme aux premières années des sushis rigolos.
C'est justement parce que la générosité a toujours été un point cardinal de son travail, qu'il regarde avec un embarras pudique le procès qui déchire Natacha son ex-femme et Kumiko sa fille légitime.
Il préfère se souvenir de cette édition 2017 du salon de Montreuil, où, encore au fait de sa célébrité, une file de 75 mètres de lecteurs attendait devant l'étale Picquier pour une signature, le samedi de 15h à 16h30 et le dimanche de 11h à 13h.
Perdu dans sa mémoire et ses cognacs, l'artiste nous donna congé et mouchu.
Se moucha pardon.


5 commentaires:

Véronique Orynczak a dit…

J'espérais tellement te voir à un stand mais j'ai dû quitter le salon avant 15h....DESESPOIR!!!!

Christophe (Corotzilla) a dit…

Ne pas te voir plus souvent, c'est vrai, ça manque, ... mais admirer tes dessins toujours aussi techniquement exceptionnels, fascinants (je ne me lasse pas des fenêtres) et poétiques et lire tes commentaires si fins et si drôles ... cela me console ... un peu ;-))
Et heureusement, on n'aura pas attendu ta rétrospective 2051 pour jouir de ton génie absolu.
Bonne année 2018 à toi cher Florent et bonne année à tous tes lecteurs

Anonyme a dit…

Tu me fais marrer

:)

Florent Chavouet a dit…

Merci Christophe! J'espère que tout va bien pour toi, vous. Je te choisirai pour mon oraison funèbre!

jeconnaiscettetheorie a dit…

Florent,
Apparemment on est tous les deux fans d'anticipation (et de la dynastie des Kim puisque tu as croqué le second dans Tokyo Sanpo).

C'est donc tout naturellement que j'ai pensé à toi pour cette nouvelle sur la Corée du Nord: http://jeconnaiscettetheorie.fr/?p=181

Si t'as le temps, ça me ferait plaisir d'en parler avec toi,

Amicalement,
Jérémie