jeudi 30 avril 2015

Profondeur



Les montagnes étendues sur différents plans dans une progression de verts denses aux gris opalins devaient dominer par leur masse et leur sévérité le petit village alpin enjoué de détails et de couleurs qu'une composition classique mais élégante avait situé dans la partie inférieure gauche de la page, invitant le regard du spectateur dans une trêve entre premier et second plan, sujet et décor, mise en scène et propos, ou équilibre et cinétisme. Les lacets d'une petite route montagnarde ajoutaient un jeu simple de ruptures de lignes qui tantôt épousaient la pente naturelle d'un relief pour mieux en casser les courbes quelques centimètres plus bas. Le clocher du village donnait le point de mire sans s'habiller de commandement, laissant l'oeil s'orienter dans les alentours, comme un phare incitant plus à la quête qu'à la méfiance. Enfin, discret, sur une façade que l'on devine de Tuffeau fatigué, un panneau annonçait sobrement que Florent Chavouet serait à la Médiathèque de Pontivy ( en Bretagne ) le mardi 5 mai pour le vernissage de l'exposition de ses planches et ensuite le lendemain à la librairie M'enfin à Rennes ( rue Victor Hugo ) à partir de 15h.
Le problème c'est que je me suis gouré dans mes teintes et que les contrastes des montagnes se sont écrasés dans un aplat général. Après, j'ai aussi raté ma perspective, c'est pas du tout l'angle que j'imaginais. Concernant le village, j'avais pas la bonne documentation alors j'ai simplifié, mais de toute façon j'avais pas pris le bon papier pour rentrer dans les détails. Et puis c'est bizarre, les maisons alpines sont pas fabriquées en Tuffeau. C'est là que j'ai commencé à douter, du coup j'ai préféré pas dessiner la route non plus comme ça j'évitais de faire n'importe quoi et je préservais l'ambiance de forêt matinale.
N'en déplaise donc à ceux qui clament un peu rapidement que je suis le meilleur dessinateur du monde ou au moins de quelques continents, il m'arrive de me planter dans une composition un peu trop étudiée. On n'arrive pas toujours à faire ce que l'on veut.
Surtout quand on n'a plus de jaune.

mardi 21 avril 2015

Nature et culture


Injustement confondue avec Toulouse à cause que ça se termine pareil, la cité de Mulhouse fut une première fois reconnue lors de l'expédition de l'Astromius emmenée par le comte de Bourgueuil qui, comme chacun sait, se termina tragiquement par le découpage et la dégustation complète de l'équipe scientifique, nous rappelant ainsi qu'il ne faut jamais faire confiance à autrui.
Cité aujourd'hui apaisée vivant sur ses acquis, la ville n'en demeure pas moins un haut lieu de l'histoire des grandes découvertes au nombre desquelles nous pouvons compter le subjonctif, le vendredi, le pied de table ou encore la puissance des sentiments. Mais Mulhouse c'est aussi une célèbre opérette, "Mulhouse ou les idées siennes" qui aurait inspiré certaines oeuvres de Puccini, et qui demeure une des pièces les plus représentées dans les grandes salles européennes. Enfin, Mulhouse c'est un gâteau populaire, le Mulhousien, mélange d'éclair au chocolat, de tarte au citron et de crème caramel, que l'on retrouve aujourd'hui jusque dans les meilleures pâtisseries parisiennes.
Surtout, Mulhouse c'est la ville où se tiendra le 24 avril 2015 à 15h le premier congrès inter professionnel et éco-citoyen de dédicaces de Florent Chavouet à la librairie Tribulles, 12 passage du Théâtre.

mardi 7 avril 2015

Ile de Pâques



En toute modestie je vous l'assure, sans vouloir jouer les m'as-tu-vu, les parvenus ou les orgueillus, et parfaitement conscient de la crise que traversent le monde de la B-D et du livre en général, je me devais, toutefois, de vous montrer, à vous qui y avez tant contribué, ce que j'ai pu m'acheter avec mes droits d'auteur.
Je n'ai pas à en rougir, ce que je me suis offert je l'ai gagné et ça n'aurait rien changé au sort des autres auteurs si je m'en étais privé. Ca faisait longtemps que j'en rêvais, je pense simplement le mériter. Et aux petites voix mesquines et jalouses qui me reprocheraient l'obscénité d'un tel achat, je répondrai que ce n'est pas si grand et si vaste que ça en a l'air. Il s'agit d'une feuille de papier à grain de 180g d'un format 21x29,7cm, messieurs les inquisiteurs. Je n'en ai utilisé qu'une petite partie ( environ 14x10cm ) et je compte bien profiter de la deuxième moitié un jour ou l'autre.
Si vous voulez voir la preuve d'achat, je vais dans le sud cette semaine. A commencer par Marseille dès mercredi. Tout est expliqué là à droite sur le papier sous l'index. Je serai muni de mon ticket de caisse.